facebook

Voix:  DE | FR | NL

Diriger les gens, c'est plus de l'art que de la science

06.08.2018

Tout ce qui a un début a une fin. Dans l'esprit de ce dicton, le Père Emeka Nzeadibe revient sur ses deux mandats de Provincial de la Province Spiritaine d'Europe. Dans un entretien avec le rédacteur en chef de Kontinente, le Père Samuel Mgbecheta, il donne un aperçu de ce qu'il a accompli et de ce qui lui a posé problème.

P. Emeka Nzeadibe CSSp

"Comme je n'ai ni cherché ni aspiré à devenir Provincial, j'ai compris mon ministère à la lumière de la confiance qui m'a été donnée deux fois. »
P. Emeka Nzeadibe.

Père Samuel : Quelle est la tâche du Provincial de la Province d'Europe ?

Père Emeka : Le Provincial a beaucoup de tâches. Peu à peu, j'ai pris conscience de tout ce que cela comporte. Le provincial est le responsable d'une province. Le Conseil provincial est à ses côtés et le soutient. Il réfléchit avec lui et prend des décisions. Avec son conseil, le Provincial assure l'unité de la Province et le bien-être des personnes qui lui sont confiées. Son ministère est un service aux confrères, mais aussi à ceux qui appartiennent à la famille spiritaine, comme les laïcs spiritains, les associé.e.s et ceux/celles qui nous sont étroitement unis. Le provincial a une fonction représentative. Il représente l'Ordre à l'extérieur. Il mène des négociations avec les autorités de l'État et de l'Église.

Père Samuel : Comment résumeriez-vous votre ministère après six ans ?

Père Emeka : Je regarde en arrière sur mes deux termes avec un sentiment de grande gratitude, car nous avons pu être utile et disponible pour la Mission spiritaine en Europe. Mon prédécesseur, le Père Dick Olin, a été le premier Supérieur de la Circonscription Europe et a posé la première pierre. Nous avons construit sur cette base et donné de nouvelles impulsions décisives.

Provinzrat

L'équipe de direction et d'animation de la Province Europe des Spiritains est le Conseil provincial, basé à Bruxelles.

Père Samuel : Qu'avez-vous réussi ?

Père Emeka : L'animation missionnaire est la raison d'être, la raison d'être de la Province Europe ; il s’agit de donner un souffle nouveau à la vie et à la mission des Spiritains en Europe. Cela signifie qu'il faut prendre des initiatives qui encouragent et osent emprunter des voies pastorales nouvelles. La province Europe a réussi à faire bouger les choses, tant en Belgique qu'en Allemagne. En Belgique, par exemple, cinq projets missionnaires ont vu le jour au cours des six dernières années. La présence des Spiritains dans le point chaud de Bruxelles-Molenbeek est un témoignage fort ; les confrères qui y travaillent sont engagés dans le dialogue interreligieux, en particulier avec les Musulmans. Un groupe de dix dames de la paroisse saint Jean-Baptiste à Bruxelles-Molenbeek s'est joint à nous en tant que laïques spiritaines. Ces dames, appelées les "Mères apostoliques", soutiennent et accompagnent notre travail. En Allemagne, une nouvelle communauté a vu le jour avec la reprise d'une unité pastorale à Weissach près de Stuttgart. Les cinq projets missionnaires en Allemagne se sont poursuivis ; ce sont : le projet ‘Missionnaires pour un temps’ (MAZ), le refuge d'urgence pour toxicomanes (NOTEL), la pastorale à la basilique de Knechtsteden, la pastorale au collège Heilig Geist et à l'église anglophone de Würselen-Broich ainsi que la pastorale à Rostock. La présence dans l'archidiocèse de Hambourg a été renforcée par une deuxième succursale. Nous avons également réussi à créer un site web trilingue dans les langues de la province (allemand, français et néerlandais). Le site web est une importante plate-forme d'information, d'échange et d'évangélisation. Grâce à l'engagement des jeunes confrères, la présence spiritaine connaît un nouveau printemps. Un tiers des confrères de la province viennent d'autres pays : France, Pologne, Nigéria, Tanzanie, Kenya, Cameroun, Congo-Brazzaville, République démocratique du Congo, Sénégal, Ghana et Ouganda. L'internationalité est une réalité vécue dans notre province et elle comporte de nombreux défis. Mais c'est avant tout une opportunité parce que la vie spiritaine et la mission dans les deux régions de notre province reçoivent de nouvelles impulsions et initiatives.

Père Samuel : Quelles sont les difficultés et les défis auxquels vous avez dû faire face ?

Père Emeka : Les jeunes confrères des deux régions se rencontrent régulièrement et réfléchissent ensemble. Les confrères plus âgés, par contre, n'ont pratiquement aucun contact les uns avec les autres. Les événements dans une région sont perçus dans l'autre région, mais ils sont perçus comme quelque chose qui se passe à distance. Pour ces raisons et d'autres, certains croient qu'il faut revenir à l'ancienne structure à deux provinces. De plus, certaines personnes semblent avoir une forte perception que l'établissement de la Province d'Europe n'a épargné aucun travail, du moins en Allemagne. On pense que les structures ont été doublées au lieu d'être simplifiées. Cette impression sera examinée par le Conseil élargi afin de se mettre d'accord sur la structure future de la Province Europe.

Spiritaner der Provinz Europa treffen sich im Kloster Knechtsteden.

Rencontre des Spiritains affectés dans la Province Europe à Knechtsteden, Dormagen.

Père Samuel : De quoi parle le Conseil élargi ?

Père Emeka : Un Conseil élargi est une assemblée qui se tient entre deux chapitres provinciaux. Les résolutions du dernier chapitre provincial sont examinées et évaluées. Un conseil n'a pas le même statut qu'un chapitre provincial : il peut seulement faire des recommandations. Les délégués du Conseil ont un vote consultatif. Seul un chapitre peut prendre des décisions juridiquement contraignantes. Lors du Conseil élargi de cette année, en novembre, un nouveau Provincial et un nouveau Conseil provincial seront élus. Le thème est : Unité, diversité et communion au service d'une seule mission spiritaine. Cette question souligne le fait que notre province est à la croisée des chemins. Nous devons nous poser des questions embarrassantes : Où en sommes-nous en ce moment ? Qui sommes-nous ? Qu'est-ce que nous représentons ? Où est-ce qu'on va ?

Père Samuel : Quels enseignements avez-vous tirés de l'accompagnement de vos frères ?

Père Emeka : Le ministère de Provincial m'a mis au défi, mais il m'a aussi donné une vision sur les gens. J'ai réalisé que la bonne volonté seule ne suffit pas pour faire le bien. Traiter avec les gens exige des compétences diplomatiques, de la sensibilité et de l'empathie. Diriger les gens, c'est plus de l'art que de la science. Se rencontrer en tête à tête, parler clairement et agir de façon constante sont des qualités importantes que je suis venu à apprécier.

Père Samuel : Quel est l'avenir de la Province ?

Père Emeka : La mission de la Province d'Europe n'est pas remise en cause. Notre avenir s'annonce positif. Nous, Spiritains de la Province Europe, nous efforçons constamment de poursuivre et de renouveler la mission spiritaine dans l'espace européen. Nous le faisons en coopération avec les églises locales et les personnes de bonne volonté. Nous avons parmi nous des confrères qui assument avec désintéressement des tâches pour le bien commun. Ils sont engagés dans la pastorale, l'administration, le service aux confrères et aux communautés, le travail dans les médias et le service aux jeunes. Mais nous sommes aussi une province dont la grande majorité des confrères appartiennent au "troisième âge". Cela entraîne de nombreux défis. Nos frères aînés ont vécu l'idéal missionnaire, que ce soit en Europe ou ailleurs. Ils sont témoins de la vie missionnaire et de la mémoire de la province. Par leur vie, ils incarnent la fidélité à leur vocation spiritaine. Il est important qu'ils mènent une vie de retraite agréable et paisible, en fonction de leur âge et de leur santé. C'est l'une des tâches les plus importantes de notre province : le souci des confrères âgés. Malgré tous les hauts et les bas, je voudrais souligner ceci: Il est très important d'accepter les défis et de voir les éléments encourageants qui nous animent dans un esprit de confiance ; nous devons cesser de baisser la tête et les bras et de ne voir que les problèmes et ce qui ne marche pas.

Père Samuel : Où avez-vous puisé la force ?

Père Emeka : Que nous soyons vieux ou jeunes, actifs ou retraités, nous devons toujours nous souvenir de l'étincelle initiale qui nous a mis en mouvement pour devenir spiritains. C'est ce qui me donne de la force. Comme je n'ai ni cherché ni aspiré à devenir Provincial, j'ai compris mon ministère à la lumière de la confiance qui m'a été donnée deux fois. J’en suis reconnaissant aux confrères.

Père Samuel : Que souhaitez-vous à vos frères en Allemagne et en Belgique ?

Père Emeka : Dans sa circulaire "La joie de l'Evangile", le Pape François nous encourage à ouvrir nos cœurs, à élargir nos yeux et à faire preuve de plus de courage pour être confiants. Nous avons les outils nécessaires pour nous attaquer à et surmonter ce qui semble insurmontable dans nos vies, ce qui nous "plie et nous paralyse". Dans cet esprit, je souhaite à mes frères le courage d'être confiants ! Enfin, je souhaite que mon successeur se sente soutenu par ses confrères. J'aimerais l'aider et le conseiller là où il aura besoin de moi.

Père Samuel : Que se passe-t-il ensuite pour vous ?

Père Emeka : Je continuerai à être à la disposition de l'Ordre. Je peux être utilisé partout où l'on a besoin de moi. Mais je voudrais d'abord m'offrir un congé sabbatique et éventuellement rafraîchir mes connaissances philosophiques.

Ce texte est extrait de la revue missionnaire 'Kontinente' des Spiritains, numéro IV/2018.

auteur: P. Samuel Mgbecheta, CSSp et P. Emeka Nzeadibe, CSSp

 
 

Chercher

powered by webEdition CMS